Archives du mot-clé Pierre-Yves PETIT

Stage : Multiplication végétale avec Pierre-Yves PETIT

Ah la permaculture … Comme vous le savez, je suis plus un théoricien de cet état d’esprit, j’essaye d’être un penseur global des éthiques et principes qui me semblent fondamentale pour créer un monde plus symbiotique et durable.

Je ne pourrais vous parler des heures de plantes, périodes de fructification, noms latins et propriétés des plantes ni même des techniques de cultures et d’agro-écologie. Je comprend ces principes, j’analyse les conséquences et ramifications de mettre en place telle ou telle pratique mais ma connaissance pointue et spécialisée est bien limitée.

Heureusement, vous trouvez autour de vous, en vous intéressant aux passions personnelles de chacun, de vrais encyclopédies vivantes et des experts envoûtants de leur domaine.

Pierre-Yves PETIT
Pierre-Yves PETIT

Pierre-Yves PETIT que j’ai rencontré plusieurs fois lors de mes pérégrinations permaculturelles est, pour moi, le gourou passionnant du monde vivant (végétale, humain et philosophique) et il vous propose un super stage de 5 jours à l’écolieu Kerzello à Plufur (22), sur la multiplication végétale dans l’esprit de la Permaculture. Lire la suite Stage : Multiplication végétale avec Pierre-Yves PETIT

Publicités

La Connaissance au service de la Nature,

Chinampas, méthode de culture saine et propre.
Chinampas, méthode de culture saine et propre.

Après les chasseurs/cueilleurs qui utilisaient les ressources naturelles de l’environnement ponctuellement sans jamais épuiser la nature, se déplaçant bien avant que le système ne montre des signes de pénuries, l’agriculture sédentaire de nos ancêtres connaissait « les secrets » des écosystèmes. Attribués tantôt aux esprits, tantôt aux divinités, les premiers agriculteurs observaient et reproduisaient des modèles naturels par le bon sens de leurs cultures.

Approche Agro-Sylvo-Pastorale
Approche Agro-Sylvo-Pastorale

L’approche Agro-Sylvo-Pastorale imposée pendant des milliers d’années avait pour avantage de fonctionner à merveille, n’exploitant que de petites parcelles abondantes. L’organisation en village, chacun interdépendant les uns des autres, permettait à chaque humain de se nourrir, se vêtir, se protéger et vivre ensemble. Lorsqu’une maladie ou mauvaise saison s’attaquait aux arbres fruitiers, les légumes, la viande et les baies prenaient le relais et nourrissaient la population. Ce système a perduré jusqu’à l’arrivée de multiples facteurs qui ont bouleversés la logique et le bon sens. Lire la suite La Connaissance au service de la Nature,