Archives pour la catégorie Permaculture

Aborder un nouveau Paradigme en suivant l’étique et les principes et la Permaculture

PermaPrincipe 06 – Ne pas produire de Déchets

Il faut bien comprendre le Principe précédant avant d’attaquer celui là car il en découle logiquement.

Dans un système de Permaculture, la notion de déchets devrait vous rendre perplexe lorsqu’elle est mentionnée. De la même manière qu’au Japon, les « mauvaises herbes » sont nommées « plantes pour lesquelles on ne connait pas encore d’utilité« , le concept de déchet est très changeant en fonction des cultures. Dans une société « moderne » de consommation effrénée, le terme déchet prend tout son sens et la philosophie générale des occidentaux est plutôt « trash Friendly ». Avec une obsolescence programmée, un service de ramassage des déchets efficace, de nombreuses déchetteries disponibles partout en Europe ou encore nos excréments qui disparaissent comme par magie dans l’eau potable des toilettes, notre conscience de la quantité de déchets que chacun de nous génère est assez abstraite. La prise de conscience augmente dans chaque classe de la population mais il reste encore beaucoup d’éducation à faire.

pt_principle_6

J’aime à penser que les enfants d’aujourd’hui regardent un adulte jeter un papier par terre avec des yeux étonnés mais on ne peut malheureusement pas généraliser.

zerowastefrance_demarcheLa seule chose que l’on peut commencer à faire serait, au moins, de renommer nos déchets en « ressources ». Cette dernière pourra être utilisée par nous-même (déchets de cuisine au jardin, toilettes sèches en compost, bouteilles plastiques pour les boutures, cagettes à réutiliser ou pour le BBQ, …) ou par une autres personne ou structure (nos excréments pour générer du biogaz, nos papiers pour fabriquer de nouveaux journaux, nos vêtements pour de l’isolation, …). Avec cette mentalité, un déchet devient réutilisable à plus ou moins grande échelle et il s’agit de les identifier.

Pour l’expérience personnelle, j’ai connu l’accueil en déchetterie et l’entreprise de nettoyage de résidence. Autant dire que les déchets, je connais ! La quantité de déchets dans les conteneurs des immeubles de haut standing ou HLM, à sortir deux fois par semaine, est tout simplement hallucinante (je ne vous parlerais pas de la période de noël ou des boites de pizza des soir de match de foot à la télé !). Aliments, plastique, carton, tissu, électronique, médicaments, …  En déchetterie, les déchets sont  plus gros et bien souvent réutilisables en l’état. J’en ai récupéré des planches de bois, des luminaires, des chaises, tables de jardin, mitigeur neuf, lot de verres à pieds, … la caverne d’Ali Baba pour des récupérateurs comme Laure et moi.

Aujourd’hui, des mouvements apparaissent pour promouvoir le Zéro Déchet et la limitation de la quantité que l’on génère. Encore une fois, le but est de changer de point de vue : ce que la société considère comme un déchet, en est-il vraiment un dans mon système ?

Les trois R : Réduire !

computer-old-military-equipment-machine-monitor-716524-pxhere.com
Image encore trop courante chez nous et dans le monde !

Pour bien commencer, il faut tout d’abords limiter les déchets non nécessaires. Comme pour l’énergie, le meilleur moyen de se débarrasser un déchet, c’est de ne pas en avoir besoin au début (l’achat en vrac, sac en tissu, analyser ses besoins avant d’acheter, …). Réduire c’est aussi utiliser les biens de consommation de façon optimale ou encore apposer le « Stop Pub » sur sa boite aux lettres. En gros, la communication que l’on entend est très régulièrement tournée essentiellement sur ce point précis. Economie des énergies et des ressources pour ne pas générer de déchets. Dans « réduire », j’intégrerais aussi Réparer car le déchets n’en ai pas un tant qu’on le répare. Les multiples Repair Cafés qui se montent un peu partout est une bonne voie car, en même temps de réparer un objet, cela nous permet d’apprendre de nombreuses choses, de rencontrer de nouvelles personnes, de passer un bon moment et de partager.

Les trois R : Réutiliser !

C’est le préféré des bricoleurs et des créatifs ! Le déchet devient une ressource à valoriser. Ainsi cette notion est très utilisée en permaculture (valoriser le paillage des étables pour le compost, réutiliser la sciure de bois pour l’isolation, utiliser la chaleur produite par des panneaux solaires pour chauffer la maison, utiliser le mare de café au potager, …). Les possibilités sont infinies ! Réutiliser ou customiser un objet ou une ressource énergétique devrait être plus souvent promu par les pouvoirs publiques avec la mise en place de composts collaboratifs, de recycleries dans les communes, de pédagogie qui va dans ce sens. La réutilisation de cartouche d’encre pour les imprimantes ou l’utilisation de piles rechargeables sont des bons exemples de mœurs qui évoluent doucement mais surement.

Par exemple, en Inde, pendant des dizaines d’années, les vendeurs de thé ou de boissons dans les rues utilisaient des tasses ou des mugs et chaque consommateur déposaient sa tasse vide sur l’étable de même ou d’un autre vendeur. Ainsi, ces derniers avait une collection de tasses dépareillées assez folklorique. Aujourd’hui, avec l’arrivée de la culture occidentale et son lot de plastique jetable, les consommateurs boivent leur boisson dans des verres en pastique qu’ils jettent dans la rues. Les services publiques de collectes et de nettoyage n’étant pas encore généralisés les rues sont devenues des dépotoirs. Surcoût pour les vendeurs qui doivent acheter les gobelets, perte de folklore, énorme perte de propreté, perte d’argent des communes devant gérer ces déchets. Bilan catastrophique.

leaf-flower-dish-meal-food-produce-740377-pxhere.com

Nous voyons aussi les système de consigne réapparaître chez nous car beaucoup de consommateurs et de producteurs prennent conscience qu’un contenant réutilisé peut limiter les dépenses pour les deux parties et limiter les dégâts dus aux déchets.

Enfin, la démocratisation fulgurante des site de vente entre particuliers permet à chaque personne de voir son déchet comme potentiellement intéressant pour quelqu’un d’autre. Le déchet commence à changer, petit à petit, en ressource.

 

Les trois R : Recycler !

sea-fog-plastic-sad-geology-waste-1115089-pxhere.com
Y a encore du boulot !

En fin de cycle, lorsqu‘on possède un déchet que l’on a pas pu éviter (Réduire) ni Réutiliser/Réparer, il faut envisager le Recyclage et là ça se complique dans la société. De part la quantité astronomique de déchets et leur diversité, les filières de recyclage sont souvent débordées. Il y a plus de sept types de plastiques différents qui ne se recycle pas ou mal, les produits Hi-Tech sont des assemblages miniatures de dizaine de métaux, fibres, verre, gaz, composants, … Le recyclage est souvent très coûteux et les grandes entreprises qui s’en occupent pensent souvent à leurs profits plus qu’à l’impact environnemental. Bizarrement, la benne « métal » des déchetteries est bien mieux triée que le « tout-venant ». Dans une conception de permaculture, vous ne devriez pas arriver jusqu’à ce R car à notre petite échelle, nous sommes souvent impuissants.

 

Nous pouvons rajouter à ces trois R des petits nouveaux qui ont leur importance :

Ré-imaginer : En amont, il s’agit de penser à la question des déchets avant qu’ils n’apparaissent. Que se soit à l’échelle de votre foyer, de la commune ou du pays, repenser la politique liée aux déchets permet de limiter grandement leur impact. Comment devrait être nos villes ou hameaux pour devenir Zéro Déchet ou s’en approcher ?

Réfléchir : avant d’acheter, bien comprendre les enjeux liés à telle ou telle entreprise. Se renseigner sur les pratiques du fabriquant ou producteur, sur la durée de vie du produit, poser les questions qui dérangent; militer auprès des politiques, interpeller les porches, éduquer nos jeunes têtes blondes, …

data centerPar exemple, vous avez surement entendu parler de l’impact énergétique et la génération de déchets créé par la navigation internet et leur énormes data center. En se renseignant et en réfléchissant, il y a moyen de limiter cette impact à notre échelle (supprimer les vieux courriels ou les sauvegarder sur sa bécane, éviter de mettre tous ces documents sur le cloud, utiliser des systèmes de compression de fichiers efficaces, auto-héberger son site ou l’héberger dans une structure plus écologique (très difficile à trouver), …

Dans une conception en permaculture, que ce soit pour le jardin, pour la famille, votre association ou autre, la problématique des déchets devrait trouver une place centrale dans votre réflexion. Les choses avancent à petits pas et maintenant, grâce à des associations, on peut trouver des moyens de monter un événement Zéro Déchet, une gestion d’entreprise consciencieuse sur ces problématiques, des établissements scolaires qui relève le défi, … On va dans le bon sens !

Publicités

PermaPrincipe 05 – Utiliser et Valoriser les Services et les Ressources Renouvelables

Ce principe peut devenir abyssal quand on y pense et peut prendre des dimensions pharaoniques !

Essayez pendant quelques minutes de lister les ressources qui sont à votre disposition à plus ou moins grande distance de vous … ça devient vite long, long, long et très riche. Dans une société connectée avec des informations multiples, des relations fortes ou ponctuelles, des savoirs techniques à foison et encore, des technologies en tout genre, les ressources ou les services sont très nombreux.

Voisinage, outils pour le bois, artisans, matériaux, plantes sauvages, eaux de pluie, eau de puits, solaire, feuilles mortes, location de biens, notice techniques sur internet, wikipédia, moyen de locomotion diverses, réparateurs, prêts de matériel, animaux domestiques ou sauvages, … Sachant que chaque élément devrait être détaillé en petites parcelles.

pt_principle_5

Les deux mots les plus importants de ce principe sont : Valoriser et Renouvelables.

Dans la multitude des services et des ressources qui vous entourent, le but d’une bonne conception en permaculture est la recherche d’une valorisation optimale de ces ressources et d’utiliser, à chaque fois que cela est possible, des ressources ou des services renouvelables ou ayant un impact minime sur votre entourage, sur la planète et sur vous-même. Les ressources renouvelables, on en entend souvent parler (le solaire, le bois dans une certaine mesure, le vent, …) mais on peut aussi l’étendre à sa vision sociale. On ne demandera pas à un amis de passer plusieurs mois d’affilés sur notre chantier et on essayera de s’adapter à ses envies pour qu’il reste « une ressource renouvelable » et qu’il ne parte pas désespéré, fâché ou carrément en colère ! A la manière d’une forêt gérée écologiquement et durablement pour lui laissé le temps de se régénérer.

Identifier les services et les ressources disponibles et renouvelables permet de se rendre vite compte de tous les besoins qui seront atteignables dans notre aventure et, au contraire, ceux qui vont devenir un frein ou un manque. Chaque situation a, de plus, des avantages et des inconvénients. Vous n’aurez pas du tout les même services ou ressources que vous habitiez un appartement dans une ville ou un terrain à la campagne avec deux hectares de forêt, que vous soyez un⋅e professionnel⋅le du bâtiment ou un novice avec deux mains gauches ou que ayez un réseau familial ou amical fourni ou non. Lire la suite PermaPrincipe 05 – Utiliser et Valoriser les Services et les Ressources Renouvelables

PermaPrincipe 04 – Appliquer l’Auto-régulation et Accepter la Rétroaction

Là, on rentre dans les mots compliqués mais qui ne sont pas juste pour faire jolie !

Pour comprendre rapidement le concept d’Auto-régulation, on peut prendre un peu de recul et regarder la planète Terre dans son ensemble. Ce système est le meilleur exemple d’auto-régulation. La Terre est composée de multiples éléments qui interagissent ensemble à chaque instant et chaque éléments se régule « tout seul » en fonction de la situation. Lorsque quelque chose perturbe le système global ou un sous-système au bout d’un certain temps (rapide ou pas), le système se régule et retrouve sa forme première ou a changer pour une nouvelle forme stable.

pt_principle_4

img_3167-e1512165602412.jpg
Plusieurs éléments qui se régulent l’un l’autre

Dans un concept de permaculture, il faut réfléchir et mettre en place des systèmes qui réagissent ensemble et qui se régulent d’eux mêmes. Ainsi, face à des changements, le système se modifiera de lui-même ou grâce à d’autres systèmes misent en place à côté.

Par exemple, dans un potager, une attaque d’un insecte friand d’un type de légume peut se développer rapidement si le système n’est pas résilient ou auto-régulé. En installant d’autres plantes, des abris, des habitats, des éco-systèmes qui attireront un ou plusieurs prédateurs de cet insecte, le potager aura plus de chance de s’auto-réguler.

Ensuite, face à cette résilience du système, il faut accepter la Rétroaction du système. En créant un système qui tend vers l’auto-régulation, on intègre progressivement beaucoup d’éléments et il faut comprendre, à chaque moment, les retours que nous montre l’observation du système. Après avoir observé et compris la nouvelle information, on pourra repenser un ou plusieurs éléments du système pour atteindre à nouveau un système résilient.

En reprenant l’exemple précédant, l’ajout d’une cabane proche du potager nous montre, au bout de quelques semaines, que la zone au pied de cet habitat est saturée en eau et perturbe la biodiversité de cet espace. Nouvelle information et conception d’une nouvelle solution : installer une mare ou un bassin à cette endroit, par exemple, si cela parait pertinent.

Lire la suite PermaPrincipe 04 – Appliquer l’Auto-régulation et Accepter la Rétroaction

PermaPrincipe 03 – Créer une production

Ce principe peut être perçu de deux façons à mon sens ! La première est assez logique et intuitive : Il faut produire quelque chose. La deuxième est moins instinctive : Il faut se mettre en action pour créer !

pc-icons-principle-3

Les deux sont justes et complémentaires et je vais commencer par la deuxième qui est, à mon sens, le moteur de la première. Quelle que soit l’aventure qui vous anime, les réalisations que vous voulez mettre en place ou la vision de la société que vous aimeriez, la première étape va être de se mettre en mouvement et de créer une « production ». Cette dernière pourra être purement immatérielle (réflexion, discussion, rêve ou idées vagues, …) ou concrète (artisanat, potager, créations diverses, réunions, …). Cette étape, quelque soit la « production », fera sortir de nombreuses émotions chez vous (peur de rater, excitation, doutes, stresse, accomplissement de soi, …) et chez les autres (soutiens, barrières, incompréhension, aides, …). Lire la suite PermaPrincipe 03 – Créer une production

Le p’tit tour de l’Aventure !

    Sur une terre lointaine, pas si lointaine, une équipe de héros, munis de leurs muscles et de leur esprit de conquête, part à l’Aventure pour relever les défis nombreux.
    Après une quête qui les occupa trois jours, un p’tit souffle de calme permis au porteur de l’objectif de capter le panorama du terrain de leur mission.
    La vidéo mise en ligne en ce jour, vous permettra de vous plonger, comme si vous y étiez, au cœur du royaume d’un hectare, perdu à la frontière ouest de l’Indre.
    La crevaison, à deux reprises, d’une vieille remorque chargée de brique à brac en tout genre, obligea le p’tit groupe à combattre la frustration et la morosité à moins de 2km de leur point de départ. A la suite de cet événement inattendu et épique, qui bloqua le convoi sur le bord de la route pendant 4 longues heures, les héros arrivèrent aux abords du village de Heugnes, soulagés et prêts aux combats et aux défis.
    Certains héros s’armèrent de puissance pour débarrasser le château, d’autres à trier et ranger l’équipement pendant que l’homme des bois s’occupait de terrasser deux terribles résineux mal placés et sacrément moches.

Pour ceux que cette quête intéresse,
voici la vidéo du p’tit tour de l’Aventure !

Stage : Multiplication végétale avec Pierre-Yves PETIT

Ah la permaculture … Comme vous le savez, je suis plus un théoricien de cet état d’esprit, j’essaye d’être un penseur global des éthiques et principes qui me semblent fondamentale pour créer un monde plus symbiotique et durable.

Je ne pourrais vous parler des heures de plantes, périodes de fructification, noms latins et propriétés des plantes ni même des techniques de cultures et d’agro-écologie. Je comprend ces principes, j’analyse les conséquences et ramifications de mettre en place telle ou telle pratique mais ma connaissance pointue et spécialisée est bien limitée.

Heureusement, vous trouvez autour de vous, en vous intéressant aux passions personnelles de chacun, de vrais encyclopédies vivantes et des experts envoûtants de leur domaine.

Pierre-Yves PETIT
Pierre-Yves PETIT

Pierre-Yves PETIT que j’ai rencontré plusieurs fois lors de mes pérégrinations permaculturelles est, pour moi, le gourou passionnant du monde vivant (végétale, humain et philosophique) et il vous propose un super stage de 5 jours à l’écolieu Kerzello à Plufur (22), sur la multiplication végétale dans l’esprit de la Permaculture. Lire la suite Stage : Multiplication végétale avec Pierre-Yves PETIT

Soigneurs de Terres

Une fois n’est pas coutume, une chaîne télévisée publique, France 2, prend le risque de diffuser un reportage qui me semble plaira à certains d’entre vous : Soigneurs de Terres.
On y découvre (ou retrouve pour les initiés), Claude et Lydia Bourguignon, les deux passionnés, électrons libres de la vie du sol qui se battent depuis 25 ans face à la destruction massive du patrimoine écologique de notre agriculture. Le reportage est, à la fois bien complet et assez simple pour  ceux qui découvriraient ces concepts d’agro-écologie, de vie microbienne des sols et des alternatives viables et durables face à la charmante révolution verte qui nous fait manger du RoundUp.
2015_10_02_15_44_39_2
logo-france2
Quand ils font de bons reportages, je veux bien leur faire de la pub gratos …

A l’heure d’aujourd’hui (le 2/2/16), le reportage restera en ligne sur le site de France 2 / 13h15 le dimanche pendant 28 jours et il dure 40min, une bonne durée pour ce remplir la tête de connaissances et non de bêtises.

J’ai pu en discuter souvent avec certains amis et membres de ma famille (et surtout Mr Paton face aux champs qui bordent son havre de paix en Touraine) et récemment, on a soulevé mon manque de « retenu » lorsque ma passion s’exprime, laissant sortir un peu d’aigreur mêlée d’une once de tensions !!
J’espère que cette petite vidéo répondra à vos questions plus simplement et calmement que moi-même (et oui j’ai la fougue on pourrait dire quand je me lance dans ces sujets).

En tout cas voici le lien France 2 :
Un lien YouTube également : 
Si l’envie vous prend de vouloir lancer un débats ci-dessous dans les commentaires, j’y participerais avec plaisir !

Conférence : Démocratie et Budget Participatif

Lien pour la Vidéo de la conférence !

Lors du Forum de l’Autonomie à Saint-Pierre-de-Frugie, organisé par l’éco-centre Périgord-Limousin en octobre 2015, le maire EELV du 2ème arrondissement de Paris, Jacques Boutault, nous a exposé les actions qu’il a menées avec son équipe municipale depuis 14 ans sur l’installation des conseils de quartier, la démocratie participative et le budget participatif.

Je suis toujours intéressé d’entendre un homme politique nous parler de tel ou tel innovation, de diverses découvertes ou nouvelle mise en place. Je l’avoue, à chaque fois, dans les médias, je m’attend à une bonne dose de rigolade lorsqu’une figure politique s’exprime et mon esprit pétillait déjà de sarcasme face à un discours de non-dits et de récupération politique. Le « parlé » des politiques m’a longtemps fait grincer les dents et m’a souvent énervé, après chaque JT. Depuis quelques temps, voyant bien que c’est pauvres bougres n’ont ni pouvoir, ni courage, je préfère en rire et je m’amuse à décortiquer les phrases prononcées pour mon plaisir.

Jacques Boutault Maire du 2è arrondissement de Paris
Jacques Boutault Maire du 2è arrondissement de Paris

La vie politique à Paris ! Ah, la grande et mesquine politique, celle de toute la presse, celle de tous les rebondissements, de tous les coup-bas … Celle qu’on regarde de loin, intrigué, sur la défensive.

Mais face à la salle de la Mairie de Firbeix, un homme simple, en baskets, sourire aux lèvres, visiblement content d’être présent au forum de l’Autonomie. Je suis gentiment autorisé à filmer la conférence sans contrepartie et malgré mon absence de micro performant et de trépied, je me lance. Lire la suite Conférence : Démocratie et Budget Participatif

Forum de l’Autonomie

Et voilà un tout petit mot avant le départ pour le Forum de l’Autonomie qui se tient ce weekend à l’écocentre du Périgord-Limousin durant 3 jours.

Conférences – ateliers – stands et autres forums thématiques seront nous en apprendre sur les énergies nouvelles, la construction, l’éducation, …

J’espère pouvoir filmer et prendre de belles photos à partager avec vous tous dans de futurs articles …

Pour retrouver les détails de l’événement, ça se passe ICI

 

L’Agora, un moment hors du temps,

Photos de Martin PAROLA-DANIEL / Vincent SÉCHER / Laurent BOURDA / Catherine / Bertrand / ou Maryvonne

C’est le mardi, à mon retour aux Rencontres de la Permaculture de Saffré, arrivé un peu plus tôt pour profiter à fond de cette journée, que, après un bon repas gourmand, je découvre l’Agora.

Un instant serein ...
Un instant serein …

Perché en haut de mes préjugés les plus primaires, en bon citadins peu coutumier de ce genre de rencontres, les premiers mots qui me viennent à l’esprit sont plutôt péjoratifs, je dois bien l’avouer. Vous ne serez pas trop méchant avec moi j’espère car nos habitudes et éducations ne nous proposent pas d’agora au quotidien, et l’inconnu, souvent, on le repousse !

Tout le monde est prêt !
Tout le monde est prêt !

Bref, avec un ventre bien rempli, des conversations passionnantes autour de la table ancrées dans la tête, je m’avance dans la foule qui se forme près du grand hangar, me préparant à une explication des activités de l’après-midi … IMGP2190Pourtant, avant cela, un grand cercle est formé composé de tous les participants et référents. Un volontaire s’avance au milieu du grand cercle qui s’agrandira jours après jours et propose un exercice pour tous. Afin de ressentir le sol, de s’ancrer à la terre, de ressentir ses deux voisins par un affleurement des mains et de ressentir tout l’environnement en fermant les yeux, le groupe entier se met à danser, tanguer, doucement, sans réticence, sans gène les uns envers les autres. La situation est harmonieuse et agréable à regarder et à filmer même avec les pensées parasites auxquelles je pense. Une communion qui se termine sereinement par une grande vague d’applaudissements et de sourires. Lire la suite L’Agora, un moment hors du temps,